Actualités

Partager sur :

PORTRAIT D'ALUMNI : MATTHIEU FITOUSSI, ISG PROMO 94, FOUNDER ET OWNER @NETGROUP, LES L'INNOVATIONS,LES DONNEES, LA TECH : DES FILS CONDUCTEURS DANS SA CARRIERE !

04 novembre 2023 Association
Vue 1430 fois

Florence Delsaux : Bonjour Matthieu, peux-tu nous parler de ton parcours depuis ta sortie de l’ISG ?

 

Matthieu Fitoussi : Bonjour Florence. En terminant mon cursus à l’ISG, je souhaitais me diriger vers les nouvelles technologies tout en développant ma fibre commerciale. C’est ainsi que j’ai intégré Xpedite, une entreprise en pleine expansion, à taille humaine, leader de la communication de masse, à l’époque par... télécopie ! J’ai débuté logiquement dans le département commercial, puis marketing et rapidement, après l’acquisition de cette société par un groupe américain, PGS, j’ai pris la direction de plusieurs entités sur le territoire européen. J’ai ainsi passé dix années dans ce groupe coté au Nasdaq, devenu leader mondial de la transmission de données. Dix ans de rencontres incroyables, de voyages et de travail très diversifié.

 

 

FD :  Justement, quelles sont les projets que tu as développés chez Xpedite ?

 

MF : Durant cette incroyable expérience, je me suis focalisé sur la croissance interne et externe de l’entreprise. J’ai participé également à l’acquisition de petits concurrents comme la société I-Media, mené l’intégration post-acquisition d’équipes, tout en développant des solutions PME dans un groupe américain... Et puis, j’ai été très inspiré par mon ambitieux et talentueux dirigeant de l’époque, Olivier de Puymorin et, en 2006, j’ai décidé de me lancer dans l’entreprenariat. J’avais compris que le SMS allait connaître une très forte croissance tant dans le domaine des messages transactionnels que dans les messages marketing. J’ai donc monté la société Netmessage qui deviendra une plateforme de référence sur le marché français, notamment grâce au talent de certains salariés qui m’avaient suivi dès l’origine.

 

 

FD : Tu sembles fonctionner par cycle car, une fois encore, après dix années à la tête de Netmessage, tu décides de vendre ton entreprise.

 

MF : Effectivement, j’avais envie d’explorer d’autres horizons et, fin 2016, j’ai décidé de vendre Netmessage au groupe Linkmobillty qui souhaitait s’implanter sur le territoire français. Pendant presque deux années, je suis resté aux côtés des nouveaux dirigeants afin de les aider dans le rachat de plusieurs entités et soutenir l’intégration post-acquisition. Parallèlement, j’avais commencé à investir dans certaines start-up. J’étais admiratif de l’énergie dégagée par ces jeunes diplômé(e)s qui voulaient révolutionner le monde avec de nouvelles solutions. Et je le suis encore davantage depuis que mes 2 fils Ruben et Samuel aujourd’hui ingénieurs, s’y intéressent aussi.

 

 

FD :Tu es parti vivre à Tel Aviv il y a peu. On dit qu’Israël est la nouvelle Silicon Valley des start-up...

 

MF : C’est un pays très jeune, au dynamisme incroyable. Ici, il y a moins la peur de l’échec. On peut innover, lancer sa start-up et même changer de direction professionnelle en cours de route, sans être jugé. J’encourage d’ailleurs l’ISG à organiser des séminaires ici, dans les universités de Tel Aviv ou de Haïfa, par exemple. Beaucoup de grandes écoles françaises viennent, chaque année, découvrir l’éco-système israélien et je suis sûr que les élèves de l’ISG seraient inspirés par cette énergie, si différente de celle de notre belle Europe.

 

 

FD : Aujourd’hui, tu es un business-angel, notamment de jeunes ingénieurs. Quels sont les domaines qui te donnent envie de t’investir ?

 

MF : Je mise sur l’avenir. En premier lieu, je me soucie de l’environnement et, par extension, je me passionne pour l’agriculture raisonnée. La santé et le mieux-vieillir sont aussi une préoccupation qui touche chacun de nous. Certaines nouvelles technologies peuvent et vont améliorer notre santé et celle de la planète. Et même si le développement de l’intelligence artificielle peut effrayer, c’est à nous de la rendre éthique, respectueuse et équitable.

 

Merci Matthieu ! 

 

Florence 




Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.