News

Partager sur :

PORTRAIT D'ALUMNI PIERRE DE VILLEPLEE, ISG PROM& BUSINESS DEVELOPMENT @MERCEDES BENZ, UNE CARRIERE DANS LE SECTEUR AUTOMOBILE IL NOUS PARLE DE SA PASSION ET DES ENJEUX DE LA TRANSFORMATION VERS LES MOBILITES ELECTRIQUES !

02 novembre 2023 Association
Vue 742 fois

FD : Bonjour Pierre peux-tu nous parler de ton parcours depuis que tu es sorti de l’ISG ?

 

Pierre de Villeplée : Après avoir obtenu mon diplôme j’ai commencé ma carrière comme attaché commercial dans Paris intra muros. Je représentais la Banque Sofinco auprès des concessionnaires auto et moto dont j’étais le partenaire financier.

Puis j’ai intégré un groupe automobile par le biais de la marque Opel pour qui j’ai occupé les postes de vendeur, chef des ventes puis directeur de concession. J’ai ensuite rejoint un groupe Renault pour qui j’ai mis en place une structure de 5 concessions Nissan dans le sud de la région parisienne. Vint ensuite le moment de passer côté constructeur, chez Mazda France. J’y suis resté 13 ans en occupant toutes les fonctions commerciales et marketing pour finir Directeur Marketing.

J’ai ensuite souhaité prendre mon indépendance et j’ai travaillé 3 ans comme consultant formateur. J’ai par exemple réalisé une mission de 6 mois pour Nissan Europe et formé des jeunes en alternance au métier de vendeur pour Kia France. J’ai ensuite été contacté par Michael Page pour rejoindre Mercedes-Benz France au poste de responsable Business Development et Marketing pour ses filiales de distribution en France.

 

 

FD : Tu as travaillé chez Nissan chez Mazda aussi chez Mercedes depuis quelques années, le secteur automobile une passion ? Et pourquoi ces choix ?

 

PHDV : J’ai toujours été fasciné par les engins à moteur. Lorsque j’ai eu l’âge de conduire une mobylette (c’était avant l’avènement des scooters 😉) ma chambre était tapissée de posters de motos. Puis j’ai eu mon permis de conduire 3 semaines après mes 18 ans et l’automobile est devenue un centre d’intérêt très fort pour moi. Cependant, quand on cherche son premier job on ne choisit pas forcément son employeur. Heureusement, ma première expérience à la Banque Sofinco m’a permis de côtoyer le monde professionnel de l’automobile et j’ai tout de suite accroché avec ce secteur que je n’ai plus quitté depuis. Il faut dire que le produit automobile est passionnant, il est très complexe, très concurrentiel, très technologique et en perpétuelle mutation. Sur le plan de la carrière, on peut y exercer de très nombreux métiers dans des structures très différentes, que ce soit dans le retail ou dans le wholesale.

 

 

FD : Quels sont à ton sens les défis à relever dans là secteur de l’automobile ? Notamment l’électrique ou l’hybride sont ce des enjeux au quotidien dans le développement chez Mercedes ?

 

PHDV : Nos gouvernants ont fait le choix d’orienter les consommateurs vers l’électrique. En tant qu’industriels et distributeurs nous actons donc cette stratégie et nous y adaptons. Cela fait déjà plusieurs années qu’à notre niveau, nous nous préparons à cette mutation qui est le plus grand changement dans ce secteur depuis que l’automobile existe. Il a fallu d’abord comprendre ce nouvel écosystème (batterie, moteur, recharge, autonomie etc..) puis concevoir des messages compréhensibles par tous et enfin les diffuser en interne aux des forces de vente qui ont un rôle pédagogique essentiel auprès des clients, puis directement auprès des clients eux-mêmes. Aujourd’hui on sent bien que la bascule est en train de se produire.

 

 

FD : Tu as une passion : le rugby ! Tu étais à l’association sportive de l’ISG étudiant, en quoi ce sport collectif te sert ou t4à apporté des valeurs qui sûrement te servent dans ta vie aujourd’hui

 

PHDV : Je crois que les valeurs du rugby sont bien connues de tous : esprit d’équipe, combativité, solidarité, éthique, respect et bien d’autres encore. Ayant pratiqué ce sport de 12 à 45 ans, elles ont contribué à faire de moi l’homme que je suis. Sur le plan professionnel, elles m’accompagnent au quotidien et font partie de mes atouts. Là aussi elles m’ont considérablement aidé à évoluer dans ma carrière et je m’y réfère régulièrement. Aujourd’hui lorsque je recrute un collaborateur et qu’un rugbyman candidate, j’ai déjà un bon aperçu de la façon dont il va se comporter au travail, il part clairement avec une longueur d’avance !

 

 

FD : Enfin aurais tu un ou plusieurs souvenirs de l'ISG  que tu souhaiterais partager avec nous ?

 

PHDV : C’est incroyable tous les souvenirs que l’on a pu se créer en 3 années d’ISG ! A l’époque il y avait une promo nationale dont je faisais partie. Je suis donc resté 3 ans à Paris avec toute ma promo. Je mets de côté les souvenirs rugbystiques qui sont innombrables et propres à ce sport, ou ceux vécus au sein de l’AS. Je vais plutôt évoquer les semaines ou les week-ends organisés par le ski club, que tous les ISG ont pu vivre. L’ambiance à la montagne est particulièrement propice à la convivialité et sur ce plan ce fut un feu d’artifice ! Mais…ce qui se passe aux Arcs, reste aux Arcs 😉. J’ai aussi été marqué par un souvenir moins festif et plus émotionnel.  Il s’agit de l’enterrement de Pierre-Alexandre Dumas, co-fondateur de l’ISG. En tant que rugbyman j’ai eu l’honneur de faire partie de ceux qui l’on accompagné pour un dernier hommage. Ce fut un moment qui restera gravé dans ma mémoire. Lorsque nous avons pénétré dans l’église St Ferdinand, avec plusieurs centaines de personnes autour de nous, famille, amis et étudiants, réunis dans et à l’extérieur de l’église pour l’honorer, tout rugbymen que nous étions, gaillards et braves, nous avons tous été saisis par l’émotion.

 

Merci Pierre-Henry ! 

 

Florence 




Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.