Actualités

Partager sur :
24 février 2021
Association

PORTRAIT D'ALUMNI : NIZZAR BEN CHEKROUNE ISG 2008, NATIONAL EXPERT RESEARCH AT UNIDO

Vue 456 fois

Florence Delsaux : Bonjour Nizzar tu es sorti de l'ISG en 2008 peux tu nous parler de ton parcours depuis ?

 

Nizzar Ben Chekroune : J'ai eu ce que l'on pourrait appeler un parcours à 200 à l'heure. 

En quittant l'ISG je suis rentré au Maroc par défaut à cause de la crise des subprimes, toutes les grandes entreprises avaient gelé leurs embauches. 

J'ai débuté dans un poste que personne de mon entourage ne comprenait, j'ai été Relations Publiques dans la boite de nuit la plus côtée du pays (Le Theatro Marrakech) pendant 2 belles années. 

"Tu as fait un bac + 5 pour faire RP ? " était la question qui revenait constamment.

Je savais pertinemment que c'était la meilleure manière de construire un réseau rapidement dans une ville touristique comme Marrakech, le réseau, première valeur ISGéenne. 

 

Après ces deux années (nous sommes en 2011), j'avais appris énormément et surtout compris que les réseaux sociaux étaient un vecteur de trafic à considérer absolument.

 

Je m'étais fait un nom dans la ville.

 

Tel Icare j'ai voulu voler de mes propres ailes et j'ai créé avec un ami d'enfance les Mootons Noirs Studio Créatif. Le studio avait pour ambition de vendre de la stratégie et du positionnement dans un marché absolument pas mâture.

Un manque de maturité de ma part. 

Nous avons tout de même eu deux années folles avec pour projets :

Un bar à shooters pour les étudiants

Une collaboration avec le Festival du Rire

Une alimentation constante de notre carnet d'adresses. C'était deux années riches en tous points, sauf en revenus. 

Tout comme Icare, mes ailes ont pris un coup de chaud, nous avons mis la clé sous la porte en 2013. 

 

Je me suis marié et avais besoin de plus de stabilité ; le réseau m'a trouvé je n'ai même pas eu à chercher. 

 

Mon ami Amaury Brousse de La Borde avec qui j'ai suivi le cursus Européen de l'ISG et qui était dans mon groupe à Barcelone m'a demandé si cela m'intéresserait de rencontrer des amis Mauriciens qui avaient un projet au Maroc.

J'ai rencontré le directeur commercial de ce projet immobilier et touristique pharaonique qu'est le Royal Palm Marrakech, et j'ai été embauché comme Sales de villas luxueuses. 

 

Ah oui, le directeur commercial est un ISG, son épouse aussi.....Adalbert et Stella Frotier de Bagneux sont devenus des amis proches, que nous voyons régulièrement depuis mon départ du Royal Palm en 2016 et sans eux je ne t'aurais pas rencontrée et nous n'aurions pas monté un Webinaire à venir qui m'amènera à partager ma vision du futur du digital et de la "gigsters" community lors d'une Masterclass le 6 avril prochain, beaucoup de ma vie est liée au réseau:)

 

Nous sommes en 2015, je suis un jeune papa et j'ai l'ambition de passer plus de temps avec mon fils Aydann et trouver une mission qui me permette d'allier l'utile au vital. 

Le réseau encore une fois me rattrape.

J'avais rencontré Olivier Stoullig lors de mon stage de fin d'études en Autriche au siège des Nations Unies à Vienne.

En 2016 L'UNIDO branche Industrielle des Nations Unies recherchait un agent de développement Cluster au Maroc. 

J'ai créé le premier Cluster d'artisanat et le premier Hub créatif du pays.

J'ai aussi dessiné un projet dans le projet qui a généré plus de 2 millions de vues sur les réseaux sociaux nous avons modifié la perception de vente des entreprises artisanales dans les 7 pays MENA du projet. 

J'ai été invité dans 5 pays pour parler de La Minute Créative, aujourd'hui un cas d'école dans l'organisation.  

Je venais d'entrer dans un cercle vertueux et les projets se sont enchaînés, j'ai parallèlement travaillé 1 an et demi avec l'USAID afin de développer le projet des Centres de Carrières dans les Universités au Maroc. Ma mission, mettre en relation les entreprises nationales avec les étudiants afin d'améliorer leurs « softs skills », le réseau m'a permis d'être très efficace et de libérer du temps pour développer un autre projet personnel. 

Je fais partie de la génération qui a vu l'envolée des réseaux sociaux sans pour autant y être préparé... J'avais plus que des affinités, un réel engouement et une compréhension en mouvement de la chose. 

J'ai donc accepté de prendre en charge la communication de plusieurs marques locales et nationales, Diesel Jeans et Le Petit Cornichon ont été les premiers à me faire confiance. 

Mon expérience d'échec avec les Mootons Noirs m'a permis de ne pas me précipiter à vendre un produit que le marché ne savait pas encore acheter j'ai donc dû modeler une offre adaptée.

J'ai eu 2 autres belles années où je me plaisais à dire que j'avais 3 boulots différents. 

Lorsque les deux missions ONUDI et USAID se sont arrêtées, il a fallu prendre une décision ; chercher du travail ou continuer l'entreprenariat.

Le choix n'a pas eu à s'imposer, j'étais prêt à retenter l'expérience.

Je me suis associé avec un autre ami d'enfance et nous avons créé Arroz Con Pollo Creative Studio; nous avons eu une année 2020 palpitante malgré la pandémie; nous avons travaillé avec Audi, l'Organisation Internationale de la Francophonie (70 interviews vidéos à distance en 1,5 mois), l'ONUDI sur un projet d'amélioration de l'entreprenariat féminin et bien d'autres projets super intéressants. 

Nous avons eu la surprise de voir notre travail cité dans le New York Times (papier et digital) en Aout 2020 comme top 5 des comptes d'art à suivre dans le monde, un travail de stratégie, création et management pour Diptyk Magazine. 

Cette bonne presse nous a permis de faire "exploser" notre travail sur la plateforme de Freelance Fiverr.com sur laquelle nous sommes référencé Pro (100 projets réalisés depuis Aout dans plus de 15 pays). 

 

FD :  Tu es expert en stratégie auprès de l'UNIDO en quoi consiste ton quotidien ?

 

NBC : J'ai l'extrême chance de pouvoir construire ma carrière en avançant, d'avoir mon Studio Créatif et pouvoir accepter des missions structurantes pour la région et le continent. Ma mission actuelle pour l'UNIDO est une mission de recherche sur la partie entreprenariat féminin, je suis en contact constant avec mes collègues à Vienne pour parler de la mission et des avancées. Je travaille sur le terrain avec les acteurs et actrices du secteur public et du privé pour mieux comprendre la structuration de l'offre (le crédit, micro crédit, soutient, formation ..) et la demande (les femmes entrepreneurs, associations, coopératives..). L'objectif est de créer un modèle durable afin de soutenir l'entreprenariat féminin dans la région Maghreb & Machreq. 

 

Arroz Con Pollo accompagne aussi le projet sur la partie stratégie en marketing digital et création de contenu impactant.

Les opportunités se créent.

Notre pari c'est de faire mieux que La Minute Créative.

 

FD : Quelle est ta vision du marketing digital aujourd'hui ?

 

NBC : Concrètement c'est comme si on demandait aux premiers médecins leur vision de la médecine à l'époque. Je m'explique ; du fait que ce soit un nouveau métier nous avons très peu de recul sur le sujet, nous apprenons tous les jours des nouvelles choses. Je pense que les marketeurs qui ont arrêté d'apprendre sont hors jeu; je le vois tous les jours quand des agences  de partout dans le monde viennent externaliser en marque blanche ce métier chez nous; ils disent à leurs clients qu'ils savent faire mais n'ont personne en interne, car ceux qui ont la maitrise du sujet travaillent pour eux même.

La pression de s'adapter à la nouveauté n'a jamais été aussi grande pour nous.

La pression n'a jamais été aussi grande pour le public non plus ...

Il y a trop d'offres et trop peu d'acteurs. Je m'explique encore, nous avons aujourd'hui très peu de plateformes fortes, les existantes condensent à elles seules toute la demande (les consommateurs). Le monopole est incontestable et devient dangereux. Les modèles économiques de ces plateformes sont connus et basés sur la publicité, nous sommes donc en tant que consommateurs bombardés de pub.

Je pense toujours aux tags "Stop la pub" sur les affiches du métro Trocadéro.

On perd énormément en valeur.

Nous sommes tous des employés non rémunérés de ces mastodontes de la Sylicone Valley + Tik Tok, très peu s'en rendent compte ...On paye de notre temps et de notre santé mentale.

Le challenge pour nous marketeurs et créateurs de contenus est de tirer vers le haut, parler valeur aux marques et ne parler de rien d'autre. Privilégier qualité au nombre de vues.

C'est un devoir pour le bien être commun. 

 

FD :  Quels sont à ton avis les enjeux futurs de ce domaine ?

 

NBC : Comme dit précédemment l'enjeu majeur est de faire le shift vers plus de qualité, dissoudre la pression des likes, des vues.

Comme les créateurs de contenus sont le commun des mortels, il est urgent de les aider à créer du contenu de qualité, cela ne se fera pas tout seul.

Je viens de créer deux comptes Instagram @thenizzar @thenizzar sur lesquels je partage tout ce que je sais, l'objectif est que tout le monde se pose la question suivante avant de cliquer sur partager : "Est-ce que je crée de la valeur, est-ce que je crée plus d'amour".

Si tout le monde se prenait au jeu de la valeur, on se retrouverait dans un idéal, dans une société plus saine, une société ou l'entraide prendrait la place de la jalousie et de la mésestime de soi. 

 

FD : Tu travailles et vis au Maroc , que donnerais tu comme conseils à quelqu'un qui souhaite s'implanter au Maroc ? Et quelles sont les meilleures opportunités métiers actuellement ?

 

NBC : Je conseillerais à quiconque qui souhaiterait s'installer n'importe où de se poser la question suivante : "Est-ce que je m'expatrie pour fuir quelque chose où pour découvrir autre chose ?". Ce que l'on fuit fini toujours par nous rattraper et fausse l'expérience, que l'on fantasme d'abord avant de la voir telle qu'elle est. À contrario lorsque l'on est motivé par la découverte, tout est accepté car nouveau, car différent.

Le Maroc est un pays formidable, très ouvert, où de nombreuses opportunités sont encore à saisir, le marché n'est pas saturé ; loin de là.

L'avenir depuis cette région du monde est perçu pour ceux qui ont la chance d'avoir eu accès à une éducation de qualité comme une opportunité et non un risque.

Lors de la pandémie nous avons décidé de réadapter notre agence en fonction du monde nouveau qui s'est imposé à nous tous ; nous nous sommes rendu compte que de nombreuses marques, agences marketing, bloggeurs ...souhaitent externaliser la création et la gestion de leurs contenus ; aujourd'hui Arroz Con Pollo se décrit comme : YOUR Remote Customizable Creative Studio. 

En gros comme une maison, on vous crée votre agence à distance, un peu comme les centres d'appels à l'époque ou tous avaient des bureaux au Maroc et en Tunisie; toutefois, soucieux d'être cohérents avec nos valeurs, nous ne nous positionnons pas comme une offre quantitative.

Nous choisissons avec minutie nos projets et nous demandons toujours avec franchise : " Est-ce que c'est alimentaire, à valeur ajoutée, ou pour le plaisir ". On tranche avec objection et on avance. 

 

FD : Aurais-tu un souvenir de l'ISG que tu souhaiterais partager ? 

 

NBC : L'ISG c'est le fil rouge de ma vie d'adulte ; les valeurs de connexion de l'école sont clairement ce qui m'a attiré et c'est ce qui nourrit ma carrière. 

Mon meilleur souvenir commence à Bruxelles lors de la tournée des pays Européens avec tous les élèves de la section et le Doyen Dr. Jean Mader.

Dr. Mader souhaitait que deux étudiants à l'aise à l’oral en anglais et en français représentent l'école en tant que porte-parole et fassent les remerciements lors des visites dans les organisations internationales que nous allions visiter dans 5 pays.

Kathleen Castro et moi avons levé la main, nous avons été validés par nos camarades et le tour était fait. Je savais qu'il fallait que je créé plus de confiance sur mon CV.

 

Lors de notre visite au siège Viennois de l'ONU, je me suis fait interpeller par une personne qui souhaitait savoir qui j'étais, d'où je venais ... il s'est avéré que Felipe Menjivar était le directeur de la section des achats de l'ONUV, il avait travaillé pour la MINURSO au Maroc pendant des années et allait passer ses vacances à Marrakech dans quelques mois. 

Nous avons échangé nos contacts, entretenu la relation et lorsque j'étais en échange à Barcelone et en recherche de stage, Felipe m'a proposé de venir faire mon stage dans sa section.

J'étais le premier ISG à faire son stage à l'ONUV, le Dr. Jean Mader est venu me rendre visite en me remerciant d'avoir ouvert le chemin, un souvenir mémorable que je chéris. Treize ans plus tard en ayant commencé par vendre des bouteilles en boite de nuit, de fil en ISG je me retrouve encore avec l'ONU sur des projets structurants. 

 

Merci de m'avoir donné la parole et je dédie ces quelques lignes à tout le corps enseignant de l'ISG et tout particulièrement  à la mémoire du Dr. Jean Mader.

 

Merci Nizzar ! 

 

L'équipe d'ISG Alumni

 




Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.