News

Partager sur :

PORTRAIT D'ALUMNI : PIERRE-OLIVIER BORDEAUX, ISG PROMO 90, SENIOR CONSULTANT COMMODITIES - TRADE FINANCE, PROJECT ADVIDORY - COMMODITIES FUNDS; LA FINANCE ET L'INTERNATIONAL, DEUX PASSIONS !

05 juillet 2023 Association
Vue 569 fois

Florence Delsaux : Bonjour Pierre-Olivier, peux tu nous parler de ton parcours depuis ta sortie de l'ISG ?

 

Pierre-Olivier Bordeaux : Bonjour Florence, après l'ISG, j’ai effectué quelques CDD dans des banques dont Indosuez avant de partir en Juillet 1991 comme VSNE à Madrid pour plus de 18 mois au sein de Crédit du Nord Espana ( filiale de Paribas à cette époque).

Ensuite, j’ai intégré la Société Générale en Juin 1993 près de Lille en tant que responsable d’agence bancaire de 5 personnes, clientèle de ETI et particuliers. C’était ma première expérience de management.

Je suis revenu ensuite au siège à Paris en 1996 pour couvrir les Risques Internationaux de la banque zone Europe de l’Ouest (Londres, Madrid, Francfort, Athènes principalement) : ma mission principale résidait en l'analyse des dossiers et des missions d’audit risques des implantations.

J’ai ensuite intégré la Buisness Line Commodities de 1999 à 2019 en couvrant différentes responsabilités de management et sur des zones différentes : Afrique , Amérique du Sud, Europe de l’Est, Asie Centrale entre autres et toutes les matières premières : Energie, produits agricoles, métaux divers…

Je me suis expatrié en 2010 à Genève pour participer à la mise en place du desk Commodities de la SG en Suisse avec un grand succès dans un environnement très concurrentiel.

Je me suis depuis 2019 mis à mon compte sur Paris en assurant du consulting sur mon métier le Commodity Trade Finance.   

 

 

FD : D’où te vient cette appétence pour le secteur bancaire ?

 

 

POB : Nul doute que c'est l'héritage et influence de mon père travaillant dans la banque.

Cela m'a conduit à avoir un intérêt toujours marqué pour la finance internationale , la  banque d’investissement et la géopolitique.

Je me souviens d’avoir travaillé en première année de l’ISG avec mon groupe et vendu par avance à des banques françaises notre projet international de documentation sur la mise en place des stratégies anti-OPA ( interviews aux Etats-Unis et Japon). OPA : Offre Publique d’Achat.

Ce milieu me fascinait déjà.   

 

 

FD : Tu as beaucoup travaillé avec l'international dont l'expatriation quel est pour toi la qualité primordiale qu'il faut avoir quand on s'expatrie ?

 

POB : Je dirais que la qualité de principe est l’adaptabilité à des populations différentes, des systèmes de pensées différents ; cela permet d'avoir ainsi une grande ouverture d’esprit : Ce qui est d'une grande richesse, c'est pourquoi j’aime découvrir en permanence des cultures nouvelles.

 

 

FD : Tu as travaillé avec plusieurs pays quel est celui qui t'a semblé celui où il t'à fallu être le plus agile en terme d'us et coutumes pour travailler avec et pourquoi ?

 

POB : J’ai beaucoup travaillé en Afrique au long de ma carrière et ai pris le temps de connaitre les personnes à titre privé et ce pour mieux les comprendre sur le plan professionnel. Il y a un rapport humain spécifique avec les Africains, qu’il ne faut absolument pas négliger.

Mais j’ai dû aussi être très agile avec mon plus gros client dans les années 2010-2015 au Kazakhstan en s’adaptant à un environnement industriel complexe et des modes de pensées très particuliers.  

 

 

FD : Après plusieurs années dans le salariat tu décides de monter ta propre structure, la tendance des jeunes aujourd’hui est à l entreprenariat tous secteurs confondus, parce que souvent on pense que l'entreprenariat est une option vers plus de liberté, qu'en penses tu? 

C'est il une forme de liberté ou de meilleure qualité de vie car quand on est entrepreneur finalement? Car souvent les heures de travail sont plus importantes et on rapporte souvent du travail comme les soucis sur le seuil de son chez soi qu' en penses tu versus le salariat : liberté ? Ou plutôt sacrifice ?

 

POB : Après 26 ans de salariat au sein de la SG, j’ai senti que j’avais besoin d’un nouveau souffle et surtout d’une indépendance dans mes décisions, dans ma gestion du temps, un meilleur équilibre entre vie personnelle et professionnelle.

J’avais travaillé énormément pendant toutes ces années avec de nombreux déplacements et des week-end sacrifiés et j’ai vécu mon projet personnel comme une renaissance même si le contexte général était compliqué (Avec le Covid, le marché des banques quant aux commodities était très affecté).

Pour moi cette nouvelle liberté n’a pas de prix, seuls les contacts humains d’équipes me manquent à ce jour….En indépendant, c’est une vrai réussite personnelle avec une résilience de tous les instants…   

 

 

FD : Tu travailles sur des secteurs niches tel le trading , quels en sont aujourd’hui les enjeux et défis à relever ?

 

POB : Le négoce de matières premières est un secteur d’activité très volatile et dépendant de beaucoup de facteurs comme l’environnement géopolitique (on l’a vu récemment avec les impacts de la guerre en Ukraine et les sanctions sur la Russie), les facteurs climatiques, l’évolution de l’offre et la demande, c’est ce qui en fait sa richesse et son intérêt.

De nombreux défis sont en jeux: le futur des énergies fossiles , l’évolution des métaux rares, la biodiversité, l’environnement sous toutes ses formes.

Les traders de niches ont de plus en plus de mal à lever du financement compte tenu du moindre appétit des banques, des risques associés et du rehaussement des taux d’intérêts. C’est justement mon rôle d’assister ces petites sociétés de trading dans leur recherche de nouvelles lignes de financements ( bancaire ou alternatifs : fonds…).    

 

 

FD : Enfin aurais tu un souvenir de l’ISG que tu aimerais partager avec nous ?

 

POB :  Oui ! C’est un souvenir précis de communion simple d’un groupe soudé de quelques amis de ma promotion 90 après avoir passé un an à l’étranger ( New-York, Séoul , Tokyo) et finissions notre séjour à Hong Kong en regardant tous émus la baie de Kowloon, conscients d’avoir vécu une expérience unique de partages, de joies et de richesses.

Nous sommes d'ailleurs toujours en lien aujourd’hui et c’est la force de l’ISG et de sa dimension internationale.  

 

Merci Pierre Olivier 

 

Florence 

 

 




Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.