Actualités

Partager sur :
16 juin 2021
Association

PORTRAIT D'ALUMNI : IBRAHIM MARIKO ISG 2019, RESPONSABLE CONTROLE DE GESTION CMA CGM SENEGAL TDC

Vue 523 fois

Florence Delsaux Bonjour Ibrahim : Pouvez-vous nous parler de votre parcours depuis votre sortie de l'ISG ?

Ibrahim Mariko  : Bonjour Florence, Après l'ISG, j'ai opté pour un volontariat international en entreprise. Ce mécanisme m'a permis d'occuper très rapidement un poste à responsabilité dans une société d'ingénierie mécanique et industrielle. J'ai eu la charge du service Financier de leur filiales en Afrique centrale.

Toujours dans la finance, je m'occupe aujourd'hui du service de contrôle de Gestion chez CMA CGM au Sénégal.

 

 

FD : Avez-vous toujours voulu travailler à l'international et pourquoi ?

IM : A vrai dire non, même si je suis né hors de France, l'idée de bâtir mon parcours à l'international m'est apparue en 2016. J'étais alors en stage en Côte d'Ivoire. D'abord dans une structure ivoirienne dénommée FOQUX puis l'Agence Française de Développement à Abidjan. Cette première expérience professionnelle d'un an sur le continent Africain riche en enseignement et rencontre m'a donné envie d'y retourner.  

 

 

FD : Vous avez travaillé dans le secteur du service à l'Oil & Gas et maintenant dans la logistique maritime en Afrique. Que pourriez-vous nous dire des enjeux en Afrique dans ces deux secteurs ?

IM : L'Afrique représente environ 8% des réserves pétrolières mondiales. Et, d'ici 2030, le continent Africain sera la région du monde à connaître le plus fort taux de croissance au niveau non seulement de la demande mais aussi de la consommation de pétrole brut et de produits pétroliers. Une croissance encouragée par l'augmentation du PIB global du continent, selon le Fonds monétaire international. Même si en 2012, le continent ne représentait que 5% de l'énergie consommée dans le monde, aux vues des conjonctures, les spécialistes s'accordent sur le fait qu'il se positionne aujourd'hui comme le nouvel eldorado de l'exploitation pétrolière.

Concernant la logistique, il faut noter que l'activité portuaire africaine doit s'élever à 2 milliards de tonnes en 2040. L'Afrique de l'Ouest abrite des installations portuaires qui connaissent une modernisation continue depuis la fin de l'époque coloniale.

Face à la demande exponentielle de la Chine à l'accroissement des échanges sud-sud, le transport maritime africain connaît une embellie.

Les volumes transportés en Afrique doivent être multipliés par 6 voire 8 pour permettre de desservir les pays privés ne disposant d'aucun débouché maritime, un grand nombre d'entre eux comptent, en effet, sur leurs voisins possédant une façade maritime.

 

 

 

FD : Quels conseils auriez-vous pour quelqu'un qui souhaite s'expatrier en Afrique ?

IM : La croissance économique de l'Afrique subsaharienne devrait atteindre 3 % en moyenne sur la période 2020-2021. Cette croissance profite aux entreprises qui investissent dans les pays émergents du continent. Le secteur pétrolier est l'un des plus prometteurs en Afrique.

Conséquence directe de cette manne pétrolière, le domaine de la construction connaît un essor remarquable dans la plupart de ces pays. Des opportunités sont peut-être à saisir si vous travaillez dans cette branche d'activité. Il en est de même pour le secteur bancaire africain qui se développe rapidement.

Quel que soit votre pays de destination en Afrique, une bonne préparation est un élément clé de la réussite de votre projet. Avant de signer votre contrat d'expatriation, vérifiez bien les termes et les conditions, notamment financières, afin d'éviter toute mauvaise surprise.

 

 

FD : Comment se porte votre activité avec la crise sanitaire actuelle ?

IM : Le secteur du Transport et de la Logistique (T&L) est tellement large qu'il est difficile de de tirer des conclusions généralistes. Malgré la baisse de certains volumes à l'export comme à l'import, le secteur du transports logistiques fait parti des secteurs les moins touchés par la crise.

 

 

 

FD :  Auriez-vous un souvenir de l'ISG que vous souhaiteriez partager ?

IM : J'ai gardé de très bons souvenirs de mes années à l'ISG et notamment mon premier voyage à New York grâce au programme d'échange. .

 

Merci Ibrahim !

L'équipe d'ISG Alumni




Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.