News

Partager sur :

PORTRAIT D'ALUMNI : LAURE BAVARD, ISG 2021, ANALYSTE JUNIOR FINANCIAL SERVICES INDUSTRY, AUDIT ASSURANCE / ADVISATORY @DELOITTE

26 février 2023 Association
Vue 1801 fois

Florence Delsaux ; Bonjour Laure peux-tu nous parler de ton parcours depuis que tu as été diplômée de l'ISG ?

 

Laure Bavard : Bonjour Florence, je suis de la promo 2021, je suis rentrée chez Deloitte juste après les études, en audit bancaire et sur la partie conseil qu’on appelle Assurance au sein de chez Deloitte.

Pour le conseil, je travaille en tant que PMO sur un projet de data chez VWFS.

 



FD : Je t'ai connue étudiante, je pense et je ne suis pas la seule à avoir imaginé que tu travaillerais dans le secteur du business développement ou de la communication…. Pourquoi l audit et qu'est ce qui te passionne dans ce que tu fais chaque jour ?

LB : C’est vrai que tout le monde me voyait dans un autre domaine que la finance, et d’ailleurs moi aussi. Cependant, après avoir eu cours de marketing et communication (les profs étaient très bons et passionnants évidemment) mais je n’accrochais pas vraiment avec les enjeux ainsi que les cours. Je ne me voyais pas faire ça toute ma vie. J’ai eu une expérience en tant que business développer mais étant diplômée d’un master CCA je voulais mettre à profit toutes les choses que j’avais apprises.

Pour détailler un peu plus, il est plus compliqué de commencer par faire du business puis ensuite de la finance. L’inverse est plus simple, je ne suis qu’au début de ma carrière et je sais que je reviendrai vers le commerce, je suis faite pour ça -)

Pour ce qui me passionne, il y a plusieurs choses, tout d’abord l’audit est une excellente formation, on apprend à être rigoureux, organisé, autonome et surtout a travailler sous pression. Ensuite, on apprend tous les jours, il n’y a pas un jour pour le moment où j’ai passé une journée sans apprendre quelque chose.

Pour la partie conseil, ce que j’adore, c’est le changement, cela me permet d’élargir mon réseau mais aussi de voir différents métiers, projets, secteurs, enjeux. Les jours passent mais ne se ressemblent pas.

 

 

FD : Quels sont pour toi à l'heure ou tout se digitalise les enjeux à venir dans ton domaine et en quoi la relation client intuitu persone reste prioritaire ?

 

LB : Les enjeux au sein de l’audit sont nombreux, notamment tous les sujets ESG très présents en ce moment mais aussi la partie blockchain & métavers. Nous avons une équipe dédiée pour ses sujets.

J’ai préféré le conseil justement pour cela, la relation client. En choisissant la finance, je me suis toujours doutée que je ne pourrais utiliser mon plus gros atout c’est-à-dire la discussion. En audit, la relation cliente pour les grades les plus bas est moins présente en revanche pour le conseil je suis toujours chez le client, j’apprends avec lui mais aussi j’élargie mon réseau c’est très important.

Pour ce côté un peu extraverti que j’ai, c’est vrai que la finance a très mauvaise pub. Mais encore une fois, le secteur ne définit pas qui vous êtes ou ce que vous devez être pour rentrer dans les cases. Soyez vous-même et on vous appréciera toujours pour cela. 

 

 


FD : Comment te projettes tu d’ici 5 à 10 ans ?

LB : J’ai toujours eu pour but d’avoir une grande carrière peu importe le domaine. Dans 5 ans, je serai peut-être toujours chez Deloitte en fonction des opportunités que l’on proposera, ou que je me créerai, peut-être dans une autre entreprise. En revanche dans 10 ans, j’aimerais monter ma société ici ou à l’étranger. Être mon propre patron est un rêve que je veux absolument réaliser, pas dans l’immédiat je considère que j’ai encore des compétences à acquérir et de la maturité à prendre.

Te dire que j’ai un projet déjà défini serait mentir, j’ai encore tellement à apprendre sur des sujets auxquels je n’aurais pas imaginé toucher un jour. Le monde évolue, les métiers et les besoins aussi.

 



FD : Aurais tu un ou plusieurs souvenirs de l’ISG que tu souhaiterais échanger avec nous ?

 

LB : J’en ai des tas, certains dont je peux parler d’autres un peu moins ahah.

Mes plus beaux souvenirs restent pendant ma présidence du BDE. Je n’aurai jamais cru pouvoir fédérer tant de monde et surtout avoir gagné des amis et avec certains une famille.

Je ne me suis jamais sentie seule à l’ISG, c’est quand même fou. L’organisation du WEI, le gala ou encore les after-school qu’on organisait pour rester ensemble après les cours.

C’est toujours avec beaucoup d’émotions et de joie que je me rappelle tous ses souvenirs. J’étais aussi dure avec eux parce que vous ne les connaissez peut-être pas tous, mais fallait les gérer, mais c’est aussi comme ça que je voyais mon équipe et les gens qui m’entouraient.

 



FD : En quoi les enseignements dispensés à l’'ISG te sont utiles chaque jour ?

 

LB : Les enseignements théoriques me sont utiles (utilisation d’excel, management des systèmes d’informations, audit interne et externe, contrôle de gestion) tous les jours mais ce que j’ai appris le plus c’est à me débrouiller, à agir et trouver des solutions par moi-même. Toutes les écoles ont des enseignements qui se ressemblent mais ce qu’on en fait après reste la clé de la réussite. Les ateliers que nous faisions en cours, les moments ou l’on brainstomait tous ensemble, les exposés, les présentations sous forme de pièce de théâtre, ce sont ses softkills là qui sont utiles pour la suite.

Après, pour ma part, j’apprends plus vite sur le terrain mais sans la théorie cela reste des réflexions de surface.

 

Merci Laure ! 

 

Florence 

 




Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.