Actualités

Partager sur :

PORTRAIT D'ALUMNI : FREDERIC CHAN, ISG PROMO 2004, MANAGING PARTNER @SUMMIT ROCK CAPITAL MANAGEMENT : UNE CARRIERE DE CHALLENGES AU CAMBODGE ET AU VIETNAM !

04 mars 2024 Association
Vue 927 fois

Florence Delsaux : Bonjour Frédéric peux-tu nous parler en quelques lignes de ton parcours depuis ta sortie de l’ISG Paris ?


Frédéric Chan : Bonjour Florence, je me suis construit une petite expérience professionnelle depuis ma sortie de l’ISG Paris, mais j’ai aussi eu une expérience professionnelle quelques années avant de rejoindre l’école. J’ai travaillé dans divers secteurs plus ou moins liés aux investissements et à l’immobilier, notamment l'investissement et le développement immobilier, la finance et l'audit d'entreprise, la gestion d'actifs et la gestion immobilière, l'investissement et le développement immobilier, et en tant qu’entrepreneur : le trading et le tourisme. J’ai débuté ma carrière en France, chez Safran-Sagemcom et Allianz-AGF en assurance immobilier. En 2005, je me suis installé en Asie du Sud-Est principalement à Hanoï, Danang et Ho Chi Minh Ville, puis et aussi à Phnom Penh à partir de 2007 et travaillais pour SAVILLS et CBRE dans la gestion d'actifs immobiliers. Mes principaux clients incluent JSM Indochina Investment Fund, Canadia Bank et BIM Group Vietnam, Delta Capital Partners, Cheng Fung Investment, incluant plusieurs groupes depuis l’Europe et des Etats-Unis.

 

 

FD :Tu viens de changer d’activité en étant « Partner » d’une société d’investissement au Cambodge et au Vietnam, peux-tu nous parler ce que qui t’a amené à monter cette activité et quels en sont les tenants et aboutissants ?

 

FC : Oui, depuis quelques mois, avec plusieurs partenaires dont un Singapourien, Mr. Jare’el Chang, éduqué en Suisse et en Australie avec une expérience professionnelle l’Audit et la Finance en Suisse chez UNIDO et ONU ; et un Américano-Norvégien, Mr. Scott Olsen, ayant une carrière professionnelle à New York chez l’Open Society Foundation,  et enfin une Vietnamienne, Ms. Trinh Nguyen, éduquée à l’école des affaires internationales de Hanoï et ayant coopérée avec Royal Dutch Shell; nous avons décidé de nous unir et de nous plonger dans le marché des investissements de projets en tant que compagnie de Funds Sourcing et le Développement immobilier. A partir de Summit Capital qui a été créée bien avant la pandémie en Suisse, nous avons fait évoluer à Summit Rock Capital Investment. J’ai amené mon expérience et mon portefeuille clients d’investisseurs institutionnels et privés, que j’ai accumulés durant ma petite carrière de plus de vingt ans. Summit Rock Capital HQ est basée à Singapour et en Europe avec des partenaires stratégiques à New York, en Europe, en Corée du Sud et au Japon pour l’instant.


Je pense que la situation « post-pandémique » combinée avec une crise économique due à plusieurs facteurs : comme le « Decoupling », une déflation qui ne dit pas son nom et enfin une crise géopolitique des pays environnants créent la demande de fonds pour financer les nouveaux projets, les projets qui sont viables mais n’arrivent pas à trouver des investisseurs et enfin des projets qui sont complètement en détresse. Bien sur, après une étude approfondie, des audits, etc…et nous ne choisissons que des projets dits « QIP » ou « Qualified Investment Projects ». Et enfin, nous ne concentrons que sur le Vietnam et le Cambodge pour le moment et opérons dans les secteurs comme l’hôtellerie Ultra-Luxe, les Smart Cities, l’Agriculture, le développement durable comme les fermes solaires, la Finance, les Banques, etc... Et il y a de la demande.

 

 

FD :  En quoi le Cambodge et le Vietnam sont des terres favorables à l’investissement d’entreprises étrangères sur ces deux pays ? Quels y sont les avantages et opportunités ?

 

FC : Le Cambodge et le Vietnam attirent de plus en plus d’investissements étrangers en raison de leur développement économique robuste, de leur population jeune, de leurs faibles coûts de production et une stabilité niveau politique, combinées avec des mesures anti-corruption qui ont été mises en œuvre pour l’atténuer depuis plus d’une quarantaine année.

 

Les deux pays disposent d’un vaste marché de plus de 600 millions de personnes, d’une stabilité politique et d’importantes ressources naturelles. Le développement des infrastructures est un objectif clé dans les deux pays, avec des opportunités dans les secteurs des transports, de l’énergie et de l’eau. Les industriels sont de plus en plus attirés par les secteurs du textile, de l’électronique et de l’agroalimentaire, tandis que le tourisme prospère dans les secteurs de l’hôtellerie, de la restauration et des infrastructures touristiques. L’industrie du numérique est également en expansion, les secteurs des télécommunications, des services informatiques et des startups offrant des perspectives d’investissement.

 

Cependant, il est important de prendre en compte la nécessité de former la main-d'œuvre pour répondre aux besoins organisationnels. De plus, certaines compétences essentielles restent déficientes au sein de la main-d’œuvre, ce qui nécessite une formation de la main-d’œuvre.

 

En conclusion, le Cambodge et le Vietnam offrent de nombreux avantages aux investisseurs étrangers, notamment l’intégration régionale, une croissance économique robuste, une population jeune et de faibles coûts de production. Cependant, il est crucial d’être bien informé et de considérer les risques associés avant d’investir dans ces pays.

 

 

FD;  La géopolitique en Asie bouge beaucoup actuellement en quoi le Vietnam et le Cambodge seraient un Eldorado pour des personnes qui souhaitent y investir et quels sont les domaines que tu préconises ?

 

FC :La géopolitique de l’Asie évolue, les tensions avec les États-Unis et la Chine avec Taïwan étant source d’incertitude pour les investisseurs. Le Vietnam et le Cambodge sont des destinations attractives en raison de leur stabilité politique, de leurs taux de croissance économique robustes, de leur population jeune et de leurs faibles salaires et coûts de production. En tant que membres de l’ASEAN, ils ont accès à un marché de plus de 600 millions de personnes. Les opportunités d’investissement dans ces pays comprennent le développement des infrastructures dans les transports, l’énergie et l’eau, ainsi que la fabrication dans les industries textile, électronique et agroalimentaire. L'industrie du tourisme est également en croissance, avec des opportunités dans les secteurs de l'hôtellerie, de la restauration et des infrastructures touristiques. L’industrie des technologies numériques est également en expansion, avec des opportunités dans les secteurs des télécommunications, des services informatiques et des startups.

 

En conclusion, le Cambodge et le Vietnam offrent de nombreux avantages aux investisseurs, notamment la stabilité politique, la croissance économique, la jeunesse de la population et de faibles coûts de production. Cependant, il est essentiel de noter que chaque investissement comporte des risques inhérents, et il est essentiel d'avoir une connaissance complète et de former des partenariats avec des entités locales pour réduire les risques et augmenter le succès.

 

 

FD : Comment cela fonctionne pour un investisseur étranger qui souhaite capitaliser dans ces deux pays via ton entreprise ?

FC : Processus d'investissement

  1. Prise de contact : L'investisseur étranger contacte mon entreprise pour exprimer son intérêt à investir au Cambodge ou au Vietnam.
  2. Évaluation des besoins : Mon équipe rencontre l'investisseur pour discuter de ses objectifs d'investissement et de ses besoins spécifiques.
  3. Proposition d’investissement : Mon équipe propose à l'investisseur une solution d'investissement personnalisée, qui peut inclure la création d'une société, l'obtention de licences et d'autorisations, la recherche de partenaires locaux et la gestion des opérations quotidiennes.
  4. Signature du contrat : L'investisseur et mon entreprise signent un contrat qui définit les services à fournir et les frais associés.
  5. Mise en œuvre de l’investissement : Mon équipe met en œuvre l'investissement conformément à la proposition convenue.
  6. Suivi et rapport : Mon équipe fournit à l'investisseur des rapports réguliers sur l'avancement de son investissement.

Avantages d'investir via mon entreprise :

  • Expertise locale : Mon équipe possède une connaissance approfondie des marchés cambodgien et vietnamien, ce qui permet d'aider les investisseurs à naviguer dans l'environnement juridique et commercial complexe.
  • Réseau de contacts : Mon entreprise dispose d'un vaste réseau de contacts dans les deux pays, ce qui permet d'aider les investisseurs à trouver des partenaires locaux et à obtenir les licences et autorisations nécessaires.
  • Gain de temps et d’argent : Mon entreprise peut aider les investisseurs à gagner du temps et de l'argent en s'occupant des tâches administratives et logistiques liées à l'investissement.
  • Suivi et rapport : Mon équipe fournit aux investisseurs des rapports réguliers sur l'avancement de leur investissement, ce qui leur permet de suivre la performance de leur investissement et de prendre les décisions nécessaires.

Les coûts d'investissement varient en fonction de la taille et de la complexité de l'investissement. Mon équipe fournira à l'investisseur un devis détaillé avant la signature du contrat.

Contactez-nous :

Si vous souhaitez investir au Cambodge ou au Vietnam via mon entreprise, veuillez nous contacter pour plus d'informations.

 

 

FD : Enfin aurais tu un conseil à donner à d’éventuels investisseurs et quels seront les défis et enjeux de demain au Vietnam et au Cambodge ? Et peux-tu nous parler de la business étiquette ?

 

FC : Le Vietnam et le Cambodge sont deux des économies les plus dynamiques d’Asie du Sud-Est, avec des taux de croissance annuels supérieurs à 6 %. Leur population jeune représente un bassin de main-d’œuvre important, mais les salaires et les dépenses de production restent modestes par rapport aux pays voisins, ce qui nous laisse beaucoup de marge de manœuvre, c’est une opportunité si l’on pense au moyen et long terme de façon stratégique d’implantation. Les deux pays ont accès à un marché de plus de 600 millions de personnes en tant que membres de l’ASEAN. Cependant, les infrastructures restent un obstacle important, les compétences essentielles restent insuffisantes au sein de la main-d’œuvre. Le changement climatique présente des dangers importants pour les deux pays, particulièrement sensibles aux inondations et aux sécheresses.

 

Les investisseurs doivent mener des études de marché approfondies, demander l'aide d'associés locaux, investir dans le développement des compétences et prendre en compte les risques du changement climatique lors de l'élaboration de stratégies d'investissement. L'étiquette commerciale est essentielle, dans le respect des personnes âgées et des personnes de statut élevé. La hiérarchie est évidente dans les deux pays et la ponctualité n’est pas toujours obligatoire. Les négociations sont universellement observées et il est important de faire preuve de patience et d’éviter de parvenir à un consensus hâtif. Les cadeaux sont appréciés, mais pas obligatoires, et il est essentiel de choisir des cadeaux élégants et raffinés.

 

 

FD:  Et l’ISG Paris ou la France, comment les verrais tu leur développement au Cambodge ou au Vietnam, voir dans l’ASEAN ?


FC : La demande d’enseignement supérieur connaît une croissance significative au Cambodge, au Vietnam et dans la région ASEAN. ISG Paris peut répondre à ce besoin en adaptant des programmes académiques de haute qualité aux exigences spécifiques des étudiants de la région. Et c’est un développement naturel d’une école très bien implantée en France comme l’ISG Paris et qui a depuis sa création une ambition internationale. Il ne faut pas oublier que c’est l’accès à un marché de plus de 600 millions de personnes de l’ASEAN, un marché jeune avec une très grande croissance, comparé à l’Europe, qui est un marché beaucoup plus saturé et mature. ISG Paris a le potentiel d'établir des alliances de collaboration avec des universités locales afin de proposer des programmes d'études coopératives ou des opportunités de double diplôme.

 

Développement de programmes en ligne : Pour toucher un plus grand nombre d'élèves sur le territoire, ISG Paris peut développer des programmes en ligne.

La formation au français est une capacité d'ISG Paris qui est importante dans les domaines commercial et diplomatique de la région.

 

Oui, la France peut bénéficier de la croissance économique de l’ASEAN pour faire avancer ses propres intérêts. Accords commerciaux : l’ASEAN et la France ont signé des accords commerciaux qui facilitent l’investissement et le commerce.

 

Présence française historique en Asie du Sud-Est : La présence historique de la France en Asie du Sud-Est lui confère un avantage concurrentiel sur ses rivaux. Et il faut absolument la maintenir et la développer pour la garder, ce qui n’est pas encore le cas pour l’instant.

 

Une complémentarité économique existe entre les industries de la France et de l'ASEAN. En matière de technologies sophistiquées, d'aéronautique, d'énergie et d'environnement, la France a beaucoup à offrir à l'ASEAN.

 

En utilisant l'ASEAN, la France peut accéder à un marché dynamique comprenant plus de 600 millions d'individus. La région Asie du Sud-Est connaît une augmentation de la demande pour les produits et services français. À mesure que la classe moyenne se développe, la préférence des consommateurs pour les produits de haute qualité augmente également.

 

En conclusion, il vaudrait mieux se développer sur un marché de qualité avec 600 millions de population, que de voir en grand la quantité de 1.4 milliards ou 1.5 milliards qui nous bouffent et qui grignote notre marché Français. Il ne faut jamais mettre « tous nos œufs dans le même panier », comme dirait « nos ancêtres les Gaulois »…c’est le Risk Management.

 

Merci Fréderic ! 

Florence 




Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.