News

Crédit: crédit photo @les terres de nataé
Partager sur :

PORTRAIT D'ALUMNI : RICHARD BENTZ, ISG PROMO 85, UN BEL ENGAGEMENT RSE POUR LA PLANETE AVEC LES TERRES DE NATAE !

04 avril 2024 Association
Vue 654 fois

Florence Delsaux : Bonjour Richard je t'ai déjà interviewé il y a quelques années quant à ton parcours et ton métier au sein du cabinet Fitch Bennet mais aujourd’hui j aimerais échanger avec toi sur le projet dans lequel tu t'es investi : les Terres de Nataé. Peux tu nous en parler et nous dire pourquoi cet engagement ?
 

Richard Bentz : Bonjour Florence, depuis toujours j’ai eu un intérêt pour la cause animale, j’ai recruté Sébastien Musset en 2004 lorsque j’étais DRH chez Allianz, il sortait de son école d’ingénieur et nous avons tout de suite crée un lien professionnel et amical (certainement lié à nos passés respectifs)  partagé cette passion des animaux. Chacun à suivi sa carrière tout en restant animé par ce sujet. Nous évoquions même un projet utopique de reprendre une entité et se consacrer à cette cause à terme.

On en a rêvé et Sébastien l’a fait en 2021, sortie de la crise sanitaire, tombe fortuitement sur une annonce d’un zoo en liquidation judiciaire à Pont Scorff  près de Lorient. Sans certitude Sébastien se positionne, monte le dossier de reprise avec un vrai concept de raison d’être d’un parc animalier, trouve les fonds et se lance dans cette aventure. En toute logique pour moi l’occasion de me lier au projet qui voit le jour après des mois de réhabilitations en Juin 22 et pour devenir  : les terres de Nataé (déesse Celte qui signifie « protection » ). Quoi de plus concret et engagé pour passer du rêve à la réalité !

 

 

Par ailleurs je suis également bénévole dans 2 ONG partenaires du parc, l’une sur la médiation faune sauvage et qui a un projet de création d’un centre de soin pour faune sauvage bretonne et l’autre qui s’occupe de la réhabilitation d’animaux de laboratoires dans les parcs animaliers, refuges, fermes et même aquariums afin de leur offrir des paisibles retraites !

 

 

 
FD :  Le but des Terres de Nataé est de préserver des espèces animales tout en sensibilisant la population quant aux enjeux écologiques, quelles sont les activités ou les ateliers que vous proposez ton associé et toi ?
 
RB : Les Terres de Nataé définissent un nouveau modèle de parc animalier refuge dont l’enjeu prioritaire est de soutenir la conservation des espèces menacées. Les actions prennent différentes formes comme un soutien financier dans les pays d’origine à travers des actions de sanctuarisation, du mécénat, de compétences des équipes ou un travail de reproduction pour conserver la génétique de ces espèces animalières incroyables. C’est donc grâce à chaque visiteur qui visite le site et grâce à ses consommations que ces actions sont possibles. Aux Terres de Nataé nous proposons diverses animations pédagogiques et activités afin de sensibiliser les visiteurs. Nous accueillons régulièrement les associations que nous soutenons à tenir des stands afin d'échanger avec les visiteurs sur leurs différentes actions directement dans le milieu naturel mais également de leur permettre d'agir à chaque échelle. 

 

 

 
FD : Quel est à ton sens le défi le plus important à relever pour vous ?
 
RB : Le parc animalier refuge se veut différent en ne proposant pas de spectacle, le bien-être des pensionnaires étant la priorité de l'équipe. Des animations pédagogiques sont proposées chaque jour, sans aucune contrainte pour l'animal, et reposant sur sa volonté ou non d'interagir et d'être réceptif. De même, les espaces des Terres de Nataé se veulent respectueux du bien-être des pensionnaires et cela inclut de la végétation, des cachettes ou le fait qu'ils soient en accès libre avec leurs espaces intérieurs/extérieurs. La majorité des visiteurs comprennent et encouragent cette bienveillance et le respect des besoins des pensionnaires. C'est à nous, en tant que visiteurs, de revenir plus tard, de prendre le temps de les observer, de les voir évoluer.

 

 
FD : Peux tu nous donner quelques raisons qui font que l’on parle de plus en plus de votre action, quelles sont les espèces les plus menacées et en quoi consiste votre quotidien ?
 
RB : Les Terres de Nataé sont une pièce du puzzle international de la conservation des espèces. Pour cela, le parc animalier refuge travaille avec des associations (ex : Connaître et Protéger le Panda roux / Je vous renvoie vers la page de notre site internet pour découvrir les différentes associations Nataé conservation | Les Terres de Nataé (lesterresdenatae.fr)) et depuis 2023, est membre permanent de l'EAZA (Association Européenne des Zoos et des Aquariums). Faire partie de cette association est indispensable afin de participer à des EEP (programmes de conservations européens). Les Terres de Nataé accueillent des espèces en danger critique d'extinction telles que le vison d'Europe, le tamarin pinché ou encore la tortue radiée de Madagascar. L'éléphant d'Asie ou encore le panda roux sont considérés en danger d'extinction. Ces catégories "en danger" sont établies par la Liste Rouge des Espèces Menacées de l'UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature), un baromètre international pour statuer le niveau d'extinction d'une espèce. Malheureusement, dans un très grand nombre de cas, la liste a tendance à aller vers le rouge, plutôt qu'en direction du vert. C'est pour cela, que les Terres de Nataé, parmi les nombreuses pièces du puzzle se battent au quotidien pour Inverser le Rouge ! 

 

 
FD : Enfin quels sont les projets que vous avez tous les deux en tête et prochains développements ?
 
RB : L'équipe des Terres de Nataé a beaucoup de projets en tête autant sur le plan du bien-être des animaux où de nombreuses nouveautés verront le jour en cette année 2024. Nous souhaitons également agrandir le parc grâce à des extensions foncières afin, encore une fois, d'améliorer le bien-être des pensionnaires des Terres de Nataé. Concernant les enjeux de conservation, nous souhaitons créer une association de conservation afin de recevoir des dons, et ainsi les redistribuer à des projets impactants. Cette "plateforme" permettrait de diriger des contributions tierces vers des projets que nous soutiendrons sur des critères définis. Ce dernier point étant encore en cours de réflexion. 
 

 

Merci Richard ! 

Florence 




Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.