News

Partager sur :

PORTRAIT D'ALUMNI : LEO RAYMOND, ISG PROMO 2022, ACCOUNT MANAGER, GOOGLE SHOPPING SOLUTIONS MID-MARKET @GOOLE IRELAND, SA PASSION ? LA TECH !

07 juin 2024 Association
Vue 908 fois

Florence Delsaux : Bonjour Leo peux-tu nous parler de ton parcours depuis ta sortie de l'ISG ?

 

Leo Raymond : Bonjour Florence, j'ai conclu mon Bachelor à l'ISG puis entamé un MSc spécialisé en marketing digital. En parallèle, j'amenais mon agence Google Ads, fondée 1 an avant la fin du Bachelor, à son pic de performances. Bien que cette agence m'aurait permis d'en vivre aisément, j'ai fini par être ennuyé par le rythme et les missions.

C'est donc là que je me suis décidé qu'il fallait que mon premier emploi soit chez Google. J'ai donc fait travailler mon réseau et me suis appliqué à connecter avec l'entreprise par tous les moyens que j'ai pu trouver. Après l'année de Master et un stage dans une grande entreprise française, j'ai finalement décroché mon premier emploi chez google en tant qu'Account Manager pour Google Shopping.

 

 

FD : Tu travailles chez Google au delà de la technologie, c'est une entreprise très engagée pour ses salariés tu peux nous parler de ton travail de ses défis mais aussi pourquoi il fait «  bon vivre chez Google « si je puis dire ?

 

LR : Pour moi Google c'est avant tout sa culture d'entreprise axée sur la créativité, l'innovation et la prise d'initiative. Cela nous offre la liberté d'explorer de nouvelles idées et de prendre des risques. Au-delà du travail pur et dur, l'entreprise accorde une grande importance au bien-être de ses employés en nous proposant une multitude d'avantages tels que des repas gratuits et sains, des salles de sport, des espaces de détente et des services de conciergerie, etc. Des équipes entières ont pour job de nous aider dans notre équilibre vie pro/perso en offrant des options de travail à distance (maison et depuis l'étranger), des congés en bon nombre et divers programmes de soutien au bien-être. Pour vraiment connecter avec Google, l'entreprise est aussi engagée dans de nombreuses causes (LGBT, Vétérans, etc.). On est non seulement incités à participer à ces projets bénévoles mais Google nous permet aussi de donner de notre temps de travail pour cela.

Dans l'ensemble, c'est pour moi le bien-être/flexibilité que j'aimais dans l'entreprenariat avec en plus les moyens colossaux de Google et l'esprit d'appartenance.

 

 

FD : Quels sont à ton sens les défis de Google pour le futur ?

 

LR : Trouver un équilibre entre le profit et cet esprit Google. Les licenciements de l'an dernier ont mis un sacré coup au moral. Bien qu'une réorganisation est nécessaire, avec une entité aussi imposante, réguler le moral des employés est compliqué. C'est un des défis actuels et futurs.

Aussi, il y a évidemment l'IA dans laquelle l'entreprise investit énormément.

 

 

FD : Quels conseils aurais tu à donner à des étudiants qui veulent faire un stage chez Google ou à des jeunes diplômés qui souhaitent y travailler ? Quel est le mindset de Google ?

 

LR : Tout est centré sur ce qui fait votre unicité. Ensuite, les expériences pro. Le réseau vous aidera sûrement à être recommandé, mais cela ne fait que garantir que votre candidature sera passée en revue par un RH, rien d'autre. Quant aux études, les recruteurs n'en tiennent pas compte excepté pour les métiers techniques (finance, légal, etc). Vous attirerez plus l'attention si vous faites du bénévolat dans un club autour de votre passion que si vous finissez premier de votre classe avec 20/20 de moyenne. J'insiste, différenciez vous par ce qui vous rend unique en faisant des choses que les autres ne font pas. Que cela soient de petits projets ou des expériences pro.

Si vous faites cela, le mindset suivra.

 

 

FD : Peux tu nous parler de la business étiquette à Dublin ? Et en quoi les us et coutumes sont différents de la France ?

 

LR : Je dirais que c'est surtout la business étiquette de la Tech, et que c'est ce secteur qui domine à Dublin.

D'abord, c'est très sain. On se supporte dans le sens anglophone du terme, on aide, c'est un milieu compréhensif et bienveillant.

Ensuite, on change énormément de job, tous les 2 ans en général, et c'est grandement encouragé, même de bouger dans une autre entreprise si c'est ce que l'employé souhaite pour s'épanouir.

Et enfin, on n'accorde aucune importance à la tenue, c'est superficiel et les directeurs les plus talentueux sont rarement plus habillés qu'avec un t-shirt et un jean.

 

 

FD : Enfin aurais tu un ou deux souvenirs de tes années à l'ISG à partager avec nous ?

 

LR : Certainement !

Vous vous souvenez peut-être du témoignage d'Alexandre Seguin. C'est certainement l'année en Espagne qu'il a décrit qui m'a amené le plus de souvenirs.

Alexandre a déjà mentionné nos amis de toutes nationalités, en oubliant peut-être les américains ! Mais il y a eu aussi beaucoup de souvenirs créés avec les étudiants ISG français.

Il s'agissait moins d'évènements précis que de moments de camaraderie chaque semaine.. Cependant, je souhaite dédicacer notre discours commun avec Alexandre lors de notre remise des diplômes. Cela a été un honneur d'être choisi en duo et de témoigner de la formidable Odyssée que l'ISG nous a permis de vivre.

Je voudrais tout de même mentionner nos aventures à l'ISG Toulouse qui ont su nous donner l'esprit de l'école. Jérôme Lacouture, le directeur du Campus et Thomas Fachin ont l'équilibre du professionnalisme avec la flexibilité qui nous a permis de nous épanouir dans ces années sur le campus.

 

Merci Leo pour ce partage inspirant et motivant ! 

Florence 

 

 




Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.